Une femme d’Ottawa nommée Anne-Marie Burgon a décidé de dénoncer publiquement le traitement horrible qui a été réservé à sa mère de 94 ans. La dame qui est non-voyante a été confinée à sa chambre pendant deux semaines, alors qu’on lui cachait que la résidence où elle vivait était infestée de punaises de lit.

Ce sont des employés de la maison de retraite de Chilliwack qui ont avisé la fille de la résidente de la situation horrible.

En effet, les employés de Cascades, une résidence du groupe Sienna Living, ont fait parvenir à Mme Burgon une vidéo dans laquelle on pouvait voir le matelas taché de sang de la mère qui croulait sous les punaises.


Crédit photo: Capture d’écran CBC
Dans une entrevue accordée à ICI Radio-Canada, Anne-Marie Burgon a expliqué: “Je ne peux pas croire qu’une installation au Canada subventionnée par la province permet qu’une chose d’aussi horrible se produise”.

Pour ajouter à l’horreur, Burgon a appris par la suite que la direction avait avisé le personnel qu’elle congédierait les employés qui oseraient parler publiquement de l’épidémie. On interdisait même aux employés de parler de l’infestation avec les bénéficiaires de la résidence.

Crédit photo: Capture d’écran CBC
Or, une employée a jugé qu’elle ne pouvait plus tolérer une telle situation et elle a donc décidé de dénoncer le traitement subi par la mère d’Anne-Marie Burgon: “Cette femme a 94 ans et est aveugle. Enfermée dans sa chambre [les punaises de lit] la dévorent pendant que la direction le cache. S’il vous plaît, aidez-nous. C’est inhumain”.

Crédit photo: Capture d’écran CBC
Même si Anne-Marie Burgon est bouleversée par ce qu’elle a appris au sujet de sa mère, celle-ci ne cache pas toutefois qu’elle est extrêmement reconnaissante à l’égard des employés qui ont bien voulu l’informer de la vérité: “Je suis tellement reconnaissante que [les employés] aient accepté de défendre leurs convictions, de faire la bonne chose, la chose morale”.

Voici un reportage de CBC News:

Enfin, selon ce qu’a indiqué la direction de la maison de retraite, celle-ci a transmis ses excuses à la patiente ainsi qu’à la famille, et la résidente a été transférée dans une nouvelle chambre. Ses meubles et son lit ont été remplacés aux frais de l’établissement.

Source: ICI Radio-Canada
Crédit Photo: Capture d’écran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *