S’il vous est déjà arrivé de toucher une poêle chaude ou de mettre la main dans le four sans la protéger, vous n’avez probablement pas oublié la douleur que cela engendre. Plus de peur que de mal, dit-on, et pourtant, il arrive parfois que les conséquences d’un simple geste maladroit prennent des dimensions inconsidérées. Dans cet article, découvrez les gestes à adopter et ceux qu’il vaut mieux éviter pour apaiser les brûlures chez soi.

L’exposition prolongée aux rayons du soleil ou encore certains accidents domestiques peuvent être à l’origine de brûlures plus ou moins graves. Généralement, ces incidents imprévisibles se produisent en cuisine, et peuvent provoquer des rougeurs cutanées ou encore des gonflements. Dans certains cas, des cloques peuvent apparaître sous la peau et s’accompagnent de fortes douleurs.

Quand peut-on traiter une brûlure à la maison ? 

Selon la gravité des brûlures, des traitements spécifiques peuvent être recommandés.

S’il s’agit d’une brûlure du premier ou du deuxième degré, certains remèdes maison peuvent s’avérer efficaces pour la soulager. En effet, comme détaillé sur le site médical Vidal, une brûlure peut être plus ou moins sévère selon son étendue, sa localisation et son degré. Ainsi, les brûlures au premier degré sont les moins graves puisqu’elles ne touchent que la couche externe de la peau. En général, elles entraînent une légère douleur et une rougeur. Au deuxième degré, les brûlures s’étendent aux surfaces plus profondes de la peau. Ainsi, elles engendrent des cloques remplies de liquide. Enfin, les brûlures au troisième degré sont les plus conséquentes puisqu’elles endommagent toutes les couches cutanées. La peau devient noire ou blanchâtre et une prise en charge médicale est requise en urgence. Enfin, les brûlures au quatrième degré peuvent toucher toutes les couches de la peau et même les muscles en dessous. De ce fait, elles mettent en jeu le pronostic vital et nécessitent une admission aux urgences.

On considère qu’une brûlure devient critique dès lors que sa surface est supérieure à la moitié de la paume de la main. Seules les brûlures dites superficielles peuvent être traitées à la maison. Ainsi, il est vivement conseillé de se rendre chez un professionnel de santé pour évaluer la gravité d’une brûlure et opter pour une prise en charge adéquate.

Les meilleurs soins naturels pour les brûlures

Les brûlures superficielles, dont le fond de la cloque reste rose, peuvent être soulagées grâce à certaines astuces naturelles.

1. Eau froide 

S’il s’agit d’une brûlure au premier degré, le premier réflexe à adopter est de refroidir la lésion. Pour ce faire, mettez la zone brûlée sous l’eau froide à environ 10 centimètres du robinet. Laissez couler l’eau pendant 10 à 15 minutes. Grâce à ce geste, la douleur peut être atténuée et l’atteinte minimisée.

2. Compresse

Après avoir refroidi la lésion, il est conseillé de mettre une compresse stérile grasse sur la brûlure. Maintenez cette compresse à l’aide d’une bande et surveillez l’aspect de la lésion.

3. Aloe Vera 

Ce n’est plus un secret : l’Aloe Vera a de nombreux bienfaits pour la santé. Parmi ses propriétés curatives, on retrouve sa capacité à apaiser des brûlures. D’après une étude scientifique, l’application de l’Aloe Vera permet de réduire la douleur causée par une brûlure superficielle.

4. Miel 

Le miel est réputé pour ses vertus cicatrisantes. A en croire cette recherche, les composants du miel lui confèrent la capacité d’accélérer la guérison d’une plaie et la régénération des tissus cutanés.

Des conseils supplémentaires pour faciliter la guérison des brûlures 

  • Ne pas s’exposer au soleil 

Le soleil peut être responsable de diverses brûlures. Ainsi, si vous avez une plaie ou une brûlure, il est vivement conseillé de ne pas s’exposer au soleil avant la guérison complète de votre lésion.

  • Éviter de percer les cloques 

Certaines personnes peuvent être tentées de percer les cloques. Pourtant, ce geste n’est pas anodin. Dans un article de Doctissimo, le Dr Marine Crest, médecin généraliste à Marseille, explique que le risque principal est de provoquer une infection de la plaie, susceptible d’entraîner une invasion microbienne. Ainsi, il est fortement conseillé de “laisser la cicatrisation se faire naturellement”, rappelle le médecin.

  • Prendre l’avis de son médecin en cas de douleur 

Si la douleur est considérable, n’hésitez pas à consulter votre médecin qui pourra vous prescrire un traitement médicamenteux approprié. 

Les remèdes maison à éviter en cas de brûlures 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, certains vieux remèdes peuvent être déconseillés.

1. Le beurre

Il n’existe aucune preuve qui atteste de l’efficacité du beurre pour traiter une brûlure. En sus, cet aliment peut abriter des bactéries susceptibles d’engendrer une infection.

2. L’huile 

Non, l’huile n’aide pas à guérir une brûlure. D’après une étude, l’huile de lavande n’a pas prouvé son efficacité pour soigner une brûlure chez un rongeur.

3. Le blanc d’œuf 

Il est déconseillé d’appliquer du blanc d’œuf sur une brûlure. En effet, la plaie ouverte peut être une porte d’entrée pour les agents pathogènes potentiellement présents dans l’œuf.

4. Le dentifrice

On a souvent entendu dire que le dentifrice pouvait accélérer la cicatrisation d’une plaie. Pourtant, aucune étude n’appuie ces allégations. En réalité, le dentifrice est susceptible d’irriter la peau et d’accentuer le risque infectieux.

5. La glace 

Bien qu’il peut être judicieux de verser de l’eau froide sur une brûlure pour apaiser la douleur, les glaçons sont à éviter. En effet, ils peuvent engendrer une irritation ou même des lésions causées par le froid.

Quand consulter ? 

Dès que la peau se décolle, il est nécessaire de consulter son médecin traitant. En sus, lorsque des cloques apparaissent au visage, aux mains, au périnée ou au cou, il faut appeler les urgences. En outre, si la brûlure est causée par un incendie avec inhalation de fumée ou par un appareil électrique, il faut adopter ce même réflexe. Par ailleurs, une brûlure touchant 10% du corps d’un adulte ou 5% de celui d’un enfant représente également une urgence médicale.