Le voile islamique doit aussi disparaître des services de garde, d’après le Rassemblement pour la laïcité​



Le voile islamique doit aussi disparaître des services de garde, d'après le Rassemblement pour la laïcité​

À peine élue, la Coalition avenir Québec (CAQ) a décidé de s’attaquer au port de symbôles religieux. Le gouvernement de François Legault compte donc adopter rapidement un projet de loi pour bannir le voile islamique, la kippa, le turban sikh et la croix chrétienne apparente pour tous les employés de l’État en position d’autorité, incluant les policiers, les juges, les procureurs de la Couronne et les enseignants. Tous ceux qui ne se plieront pas à ces nouvelles règles risquent le congédiement.

Pour André Lamoureux du Rassemblement pour la laïcité, c’est une bonne chose, mais le gouvernement ne va pas encore assez loin.

« Il était temps qu’une décision législative soit avancée et concrétisée sur le terrain des fondements laïques du Québec, mais consacrée dans une loi. Nous on est pour une chartre de la laïcité plus généreuse, mais on est très contents », a déclaré M. Lamoureux sur les ondes de LCN.

André Lamoureux que les services de gardes devraient aussi être assujetties à de telles règles.

« C’est une question de préservation de liberté de conscience des parents et des enfants. Les gens payent des taxes aux commissions scolaires, paient des impôts et des tarifs aux services de garde. Ils ne paient pas pour se faire administrer des signes religieux ou certains produits élitistes religieux », a déclaré l’homme en entrevue à LCN.

« C’est connu que le voile islamique est très porté dans les services de garde à Laval et à Montréal aussi. Ça heurte la liberté de conscience. La laïcité, c’est de respecter la liberté de conscience de chacun. »

D’après le Rassemblement pour la laïcité, le port d’un signe religieux ne fait pas partie des droits démocratiques fondamentaux.

« Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Claire L’Heureux-Dubé, l’ex-juge de la Cour suprême, qui avait témoigné en Commission parlementaire en 2013 qui l’avait expliqué », a défendu l’homme.

L’Association des musulmans et Arabes pour la laïcité dénonce

Mais l’Association des musulmans et Arabes pour la laïcité n’est pas du tout en accord avec le projet de loi de la CAQ.

« Concrètement ce qu’on est en train de dire, c’est que l’État enlève des droits fondamentaux à des citoyens, sur la base qu’ils appartiennent à des minorités religieuses, et ce sans réel problème ni urgence », a dénoncé le coprésident de l’Association, Haroun Bouazzi, à Mario Dumont, sur les ondes de LCN.

« On devra prouver qu’on a un problème réel. On a entendu la police dire qu’on n’avait pas de personnes qui portaient de foulard. Ça fait déjà 10 ans qu’on en parle et il n’y a pas eu de catastrophe sociale du fait que des femmes enseignent (avec un voile). »

a-201




Partagez l'astuce avec vos amis:


Comments

comments