Le Sénat vote contre la hausse des carburants de janvier



Le Sénat vote contre la hausse des carburants de janvier

En Bourse, les cours de l’or noir sont au plus bas depuis plus d’un an.
La hausse des prix du carburant à la pompe était à l’origine de la protestation des « gilets jaunes » avant de porter, de façon plus globale, sur le pouvoir d’achat. Dans le sillage de la chute des cours du pétrole, les prix des carburants automobiles vendus dans les stations-service françaises ont enregistré de nouvelles baisses mais de moindre ampleur que la semaine dernière.

Le Sénat vote contre la hausse des carburants de janvier

Le gazole, carburant le plus vendu en France, s’affichait en moyenne vendredi à 1,4553 euro le litre, soit 1,02 centime de moins qu’une semaine auparavant, selon les relevés hebdomadaires publiés lundi par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Le litre de super SP95 a baissé de 0,64 centime à 1,4528 euro et celui de super contenant 10 % d’éthanol (SP95-E10) de 0,47 centime à 1,4277. Enfin, le litre de super SP98 a reculé de 0,35 centime à 1,5190 euros.

Des cours au plus bas depuis plus d’un an
Les cours du pétrole ont fortement chuté la semaine dernière, très affectés par les craintes d’une surabondance de l’offre de brut et d’un ralentissement de la demande. Sur la semaine, le cours du WTI américain a plongé de 10,7 %, sa plus forte baisse hebdomadaire depuis près de trois ans.

La référence européenne du brut, le Brent, est pour sa part passée brutalement sous la barre symbolique des 60 dollars vendredi. Les cours de ces deux références de l’or noir n’ont plus coté aussi bas depuis octobre 2017 et ont perdu environ le tiers de leur valeur sur les sept dernières semaines.

Les prix des carburants varient en fonction des cours du brut mais aussi du taux de change euro-dollar, du niveau des stocks de produits pétroliers, de l’évolution des taxes et de la demande.

Le Sénat vote le gel d’une taxe
Autre bonne nouvelle pour les automobilistes, le Sénat, à majorité de droite, a voté lundi le gel de la hausse de la taxe sur les carburants, dans le cadre de l’examen du projet de budget 2019.

LIRE AUSSI >Pourquoi la fiscalité du carburant est aussi élevée

La décision a cependant peu de chance d’être validée à l’Assemblée nationale, dominée par les élus de la majorité présidentielle (LREM).

Source: leparisien




Partagez l'astuce avec vos amis:


Comments

comments