Son mari la quitte après sa paralysie et elle prend sa revanche, c’est la justice de la vie



Son mari la quitte après sa paralysie et elle prend sa revanche, c’est la justice de la vie

Subir un accident vasculaire cérébral est déjà un évènement extrêmement grave et éprouvant. Mais rester paralysée et se faire quitter par la personne qui partage sa vie à savoir son mari, est tout aussi déroutant et injuste. C’est pourtant ce qui est arrivé à Riona Kelly, 37 ans et mère de quatre enfants qui a dû puiser en elle tout l‘amour qu’elle avait pour eux et bénéficier d’un soutien sans faille pour subsister à cette épreuve.

Il arrive que la vie puisse ne pas nous faire de cadeau et nous placer face à des épreuves nous paraissant aussi inextricables qu’insupportables. Riona Kelly, 37 ans en aura fait les frais après avoir subi un accident vasculaire cérébral qui l’aura laissée sur la touche en provoquant sa paralysie.

Mais comme un malheur n’arrive jamais seul, son mari et père de ses 4 enfants a aussitôt demander le divorce alors que Riona était encore allongée sur son lit d’hôpital.

Après quatre mois d’hospitalisation, Riona a finalement pu rentrer chez elle et a commencé à chercher un entraineur personnel qui pourrait l’aider à marcher de nouveau en entamant une rééducation et une réadaptation post AVC.

Qui aurait cru que Riona allait trouver l’amour en la personne de Keith, son entraineur personnel qui aura mis tout en œuvre pour permettre à Riona de recouvrer la force de pouvoir un jour retrouver l’usage de sa motricité. Grâce au soutien de celui qui partage maintenant sa vie, elle utilise un fauteuil roulant pour parcourir de longues distances et est capable de marcher avec des béquilles presque tous les jours de façon autonome.

Comme quoi dans un malheur, il peut subsister un infini bonheur et Riona aura bénéficié d’une belle revanche sur la vie et aussi il faut bien le dire, sur son ex-mari !

L’accident vasculaire cérébral et ses conséquences
L’accident vasculaire cérébral se caractérise par une interruption de la circulation sanguine dans le cerveau ou en direction de celui-ci lorsque la cause est un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique). On peut également parler d’AVC hémorragique, lorsque la cause est l’éclatement d’un vaisseau sanguin.

En France, l’AVC (accident vasculaire cérébral) est, la première cause de handicap acquis de l’adulte, la deuxième cause de démence après celle de la maladie d’Alzheimer et la troisième cause de mortalité.

Un accident vasculaire cérébral peut affecter les fonctions motrices par une paralysie comme ce fut le cas avec Riona mais aussi, impacter la pensée, les émotions, le langage, les capacités d’apprentissage et de communication.

Une étude de l’Institut de Veille Sanitaire Française (INVS) datant de janvier 2012, signifie qu’après un accident vasculaire cérébral, on peut surtout constater des atteintes motrices d’un ou de plusieurs membres (37,2 %), des troubles de l’équilibre et de la mémoire (42 % des personnes qui restent handicapées environ), des troubles visuels (23,1 %), des troubles du langage ou de l’articulation (33,9 %), des troubles sensitifs (19,6 %), de l’incontinence urinaire (16,5 %) et des troubles de la déglutition (13,3 %).

Prise en charge médical post AVC
Divers professionnels de santé tels que des kinésithérapeutes, orthophoniste, ergothérapeute, psychologue, psychothérapeute peuvent et doivent être impliqués dans la prise en charge post AVC afin de palier, en fonction du trouble et du patient, à une rééducation fonctionnelle et psychologique et éviter des séquelles irréversibles.

Mais il ne faut pas oublier que la volonté du patient, son engagement, le soutien et la bienveillance de ses proches ; même si ceux-ci ont parfois du mal à s’adapter aux nouveaux besoins d’assistance, permettent de mobiliser des capacités de rééducation salvatrices pour la récupération des fonctions de son organisme.

Source; santeplusMag




Partagez l'astuce avec vos amis:


Comments

comments