Un mari frappe sa femme pour avoir allaité son nouveau-né devant un médecin



Un mari frappe sa femme pour avoir allaité son nouveau-né devant un médecin

La jalousie est un sentiment normal et humain, elle se définit comme un amalgame de sentiments et d’émotions, générant de l’inquiétude, de la tristesse voire de la colère.

Dans le sens littéral du terme, on peut dire qu’une personne est jalouse lorsqu’elle n’obtient pas ce que l’autre détient. La jalousie exprime l’exclusivité et la possessivité. Toutefois, il existe différents types de jalousie. Il y a celle qui exprime l’envie, celle qui touche les émotions et l’affection, qualifiée de jalousie amoureuse, et celle qui devient excessive, appelée jalousie maladive ; comme celle qui peut affecter par exemple, la relation entre un mari et sa femme.

La jalousie existe souvent dans la vie d’un couple et peut présenter des avantages mais aussi des inconvénients. L’avantage de la jalousie est qu’elle peut pimenter une relation pour devenir plus passionnelle mais lorsqu’elle devient excessive, voire maladive, elle peut s’étendre à une souffrance émotionnelle négative, entrainant déchirures et blessures et de la maltraitance. Une femme vivant dans le Nouveau-Mexique a été victime de cette jalousie en subissant la violence de son mari.

La jalousie excessive d’un mari
Dans un hôpital de Taos du Nouveau-Mexique, une maman venait tout juste de mettre au monde une fille nouveau-née. Dans sa chambre d’hôpital, en présence de son mari Rafael Orozco et de son médecin traitant, la maman a commencé à allaiter son bébé en lui donnant le sein. Jaloux de l’attitude de sa femme, le mari a été pris d’un excès de violence incontrôlée et a commencé à frapper sa femme sous le regard interloqué du médecin.

Il a tout d’abord donné des coups au visage de sa femme, l’a étranglée et l’a maltraitée ; il a même administré des coups à la tête de la petite fille qui venait de naître.

Les agents de sécurité ont essayé tant bien que mal de le maîtriser mais il a réussi tout de même à prendre la fuite en proférant des menaces d’un port d’arme. Il a finalement été arrêté en décembre 2016 et a été inculpé d’agression au 3ème et 4ème degré, de violence envers un enfant, d’agression envers un employé de la santé et de mauvaise conduite.

Signes précurseurs de la violence conjugale.

Il y a des signes et certains comportements qui ne trompent pas et qui peuvent nous alerter sur la dangerosité d’une éventuelle violence. Cette dernière peut être physique, émotionnelle, sexuelle ou même financière. Dans tous les cas, ces formes de violence dénotent une intention d’intimidation pour contrôler sa victime par voie d’humiliation, de menace, de brutalité et de maltraitance.

Les signes précurseurs sont :

  • Manque de respect envers le conjoint
  • Désir de tout contrôler
  • Possessivité
  • Egocentrisme
  • Consommation de drogue ou d’alcool
  • Abus sexuel
  • Attitude négative et humiliante envers le conjoint

Les victimes de violence conjugale éprouvent le plus souvent un sentiment d’anxiété et le besoin de plaire au conjoint, elles lui donnent constamment raison et lui procurent quotidiennement un compte rendu de leurs activités. Lorsqu’elles sont victimes de violence physique, elles camouflent souvent leurs blessures soit par un prétexte d’accident, soit par le port de vêtements pour cacher les marques des coups affligés. Une étude sur la violence à l’encontre des femmes en Ile de France est parue dans une édition en association avec la Fédération Nationale Solidarité Femmes et l’Union régionale Solidarité Femmes Ile-de-France (URSF) afin de maitriser le parcours des franciliennes victimes de violences conjugales. De même GENDERHOPES, une association Monégasque à but non lucratif a été créée afin de contrer la violence des femmes et de mettre en œuvre toutes les mesures de protection nécessaires.

Violence récidivante
Il faut prendre en considération qu’il y a des cycles de violence. Dans un premier lieu, la violence se déclare, il s’ensuit, une excuse de l’agresseur puis un calme temporaire dans la relation ; cette période d’accalmie se termine encore une fois par un schéma de violence qui devient répétitif. Le plus alarmant est, qu’elle peut être infligée à l’encontre des enfants qui en souffrent. Selon le Magazine scientifique Psychology Today, les personnes victimes de violence, notamment les enfants, peuvent eux-mêmes perpétuer ce cycle de violence à travers d’autres générations.

La jalousie n’est pas une preuve d’amour mais d’inquiétude et de possessivité. Le vrai amour dépasse les sentiments et les émotions. La jalousie excessive traduit le manque de confiance et d’estime de soi, la dépendance affective et l’héritage d’une éducation dure et violente. La jalousie n’est mauvaise que lorsqu’elle devient maladive et induit un agissement irrespectueux, voire dangereux pour autrui.

Source: santeplusMag




Partagez l'astuce avec vos amis:


Comments

comments