Les gens de plus de 40 ans ne devraient travailler que 3 jours par semaine, selon une étude



Les gens de plus de 40 ans ne devraient travailler que 3 jours par semaine, selon une étude

Si vous pouviez travailler moins de cinq jours par semaine, est-ce que vous le feriez? Probablement que oui. Eh bien une nouvelle étude pourrait vous donner tous les arguments nécessaires pour négocier une semaine de 3 jours avec votre patron lors de votre prochaine rencontre!

Une étude publiée dans le Melbourne Institute Worker Paper en 2016 affirmait que les travailleurs de 40 ans et plus étaient plus performants au travail s’ils avaient une semaine de trois jours plutôt qu’une semaine de cinq jours.

L’étude menée auprès de 3 500 femmes et 3 000 hommes en Australie a analysé leurs habitudes de travail au moyen d’une série de tests cognitifs comprenant la lecture à voix haute, réciter des listes de numéros à l’envers et faire correspondre des lettres et des chiffres sous stress.

Les rechercheurs sont ensuite arrivés à la conclusion que ceux et celles qui travaillent un maximum de 25 heures par semaine performent le mieux.

« Le travail peut être une arme à double tranchant », a déclaré Colin McKenzie, professeur d’économie à l’université de Keio, qui a participé à la recherche.

« Cela peut stimuler l’activité cérébrale, mais en même temps, de longues heures de travail et certains types de tâches peuvent causer de la fatigue et du stress, ce qui peut endommager les fonctions cognitives. »
a-15
En 2014, Carlos Slim, deuxième fortune mondiale, avait déclaré qu’il était en faveur de la semaine de trois jours de travail… à condition que chaque journée dure onze heures et que les salariés travaillent jusqu’à 70 ou 75 ans.

Gérard Cornilleau, directeur adjoint au département des études de l’Observatoire français des conjonctures économiques s’est aussi dit d’accord, mais avec quelques précisions.

« Avec la semaine de trois jours, la productivité horaire a toutes les chances d’augmenter, et la productivité totale pour un individu donné de baisser. Globalement la réduction de la productivité individuelle aurait pour conséquence un meilleur partage du travail », a-t-til affirmé.

« Derrière la croissance, on cherche à mesurer le bien-être, et les indicateurs économiques sont insuffisants pour cela. Dans notre société, la croissance telle qu’on l’entend n’amène pas forcément du bien-être. »

« Beaucoup de gens préfèrent les loisirs, mais d’autres ne supportent pas de ne pas travailler. De plus, selon la période de leur vie active, les gens n’envisagent pas de la même façon la répartition du temps de travail et de loisir. »

Source: The Hearty Soul
Crédit Photo: Capture d’écran




Partagez l'astuce avec vos amis:


Comments

comments