Fumer du cannabis pourrait créer des «spermatozoïdes mutants»



Fumer du cannabis pourrait créer des «spermatozoïdes mutants»

Il est déjà scientifiquement prouvé que la consommation de cannabis peur mener à une baisse du nombre de spermatozoïdes, mais elle pourrait aussi « reprogrammer » le sperme et engendrer des « spermatozoïdes mutants », d’après une nouvelle étude publiée dans la revue Epigenetics, mardi dernier.

Une équipe de chercheurs de l’Université Duke en Caroline du Nord (États-Unis) se sont penchés sur les effets du cannabis sur les rats, puis sur un groupe de 24 hommes âgés de 18 à 40 ans. Il a été constaté que les usagers de cannabis avaient subi une altération de leur sperme avec une «reprogrammation» des gènes de l’ADN.

Les scientifiques ont d’abord comparé le sperme d’un groupe de rats s’étant fait administrer du tetrahydrocannabinol (THC), la molécule active du cannabis, avec le sperme d’un autre groupe de rats qui n’avaient pas pris de THC. Ils ont fait le même travail ensuite auprès d’un groupe d’hommes fumant régulièrement du cannabis et un groupe d’hommes n’ayant pas consommé de cannabis plus de 10 fois au cours de leur vie dont pas du tout au cours des six derniers mois.

Des changements au niveau du sperme ont été constatés tant chez les rats exposés au THC que chez les fumeurs de cannabis. Les experts ont expliqué que ce ne sont pas exactement les gènes eux-mêmes qui sont transformer, mais leur façon de s’exprimer. Par exemple, cela peut avoir un impact sur la lutte contre les tumeurs cancéreuse. « Cela ne signifie pas pour autant qu’un enfant né de ce sperme sera plus vulnérable au cancer », a précisé The Verge en rapportant les résultats de l’étude.

Susan Kay Murphy, professeure de gynécologie à Duke University et co-auteure de l’étude, a expliqué que les travaux devront désormais être approfondis, notamment en mesurant la quantité de cannabis inhalé.

« Je veux être très prudente sur le fait que les résultats obtenus ne soient pas interprétés autrement que la façon dont ils doivent l’être », a souligné la scientifique auprès de The Verge. « Cela n’a pas pour but d’effrayer les gens. Notre objectif global est d’apprendre davantage sur la biologie et les effets que la consommation de cannabis pourrait avoir. »

Source: LCI
Crédit Photo: Capture d’écran




Partagez l'astuce avec vos amis:


Comments

comments