Cette maman semble heureuse d’accompagner son enfant à l’école, regardez de plus près, vous n’en croirez pas vos yeux



Cette maman semble heureuse d’accompagner son enfant à l’école, regardez de plus près, vous n’en croirez pas vos yeux

L’amour d’une mère est inconditionnel. Quand un enfant est mis au monde, c’est également la naissance d’une mère et le début d’une vie vouée aux sacrifices. Elle renoncera à des choses sans pour autant porter à ses enfants ses regrets. Une mère a tenu à rappeler à toutes les femmes qui comme elle, consacrent leur vie à leur famille, à quel point ces instants vécus sont inestimables.

Derrière toute maman, il y a une femme qui fait montre de patience, de sacrifices et de compromis. Elle s’oublie, s’efface et passe au second plan, délaissant peu à peu sa part de féminité pour se dévouer corps et âme à sa famille. Elle oublie de maquiller ses cernes, stigmates d’une nuit sans sommeil, cuisine ce qu’il y a de mieux pour ses bambins sans avoir le temps d’avaler une bouchée, quitte parfois son emploi pour devenir maman à plein temps.

Voici la lettre criante de vérité du quotidien d’une maman

Une mère tient la main de sa fille, à peine plus haute que trois pommes, qui trotte à ses côtés, sur le chemin de l’école. Distraite, mille et une choses lui traversent l’esprit, elle pense à tout ce qu’elle devra faire : les courses, le ménage, la cuisine. Elle est débordée et exténuée d’accomplir toutes ces tâches ménagères tel un automate et a hâte que sa fille soit assez grande pour aller à l’école toute seule. Peut-être alors aura-t-elle un peu plus de temps à consacrer à elle-même, le temps de se faire une manucure, de s’offrir une virée entre copines ou un voyage en amoureux avec son mari. Cette mère a aussi un jeune enfant en bas âge qui réclame toute son attention. Les nuits sont interminables, elle ne dort qu’au rythme de celui de ses enfants, aujourd’hui, ce à quoi elle aspire le plus au monde : se relaxer, même pour quelques heures seulement. Pourtant ces instants sont inestimables, car ils ne se répèteront plus jamais.

Pourtant la lettre qu’elle a écrite, intitulée « La dernière fois » devrait nous ouvrir les yeux sur quelque chose à laquelle on ne prête que peu d’attention.

Dès l’instant où vous blottissez votre bébé contre vous pour la première fois, vous n’êtes plus la même femme
Vous pourriez brûler d’envie de redevenir celle que vous étiez avant.
Quand vous étiez libre et insouciante, que votre temps vous appartenait et que rien de particulier ne troublait votre quiétude
Maintenant, vous êtes plus épuisée que jamais
Les jours défilent et la journée d’une mère est rythmée par les tétées, les poussées de dents, les biberons, les petits bobos
Les couches à changer
Les pleurnicheries et les querelles
Les siestes ou les nuits blanches
Elle n’en voit pas le bout
Mais n’oubliez pas…
Ce sont les dernières fois de chacun de ces instants
Un jour viendra où ce sera la dernière fois que vous nourrirez votre enfant ou lui donnerez son bain
Et ce sera la dernière fois que vous le cajolerez avant qu’il ne s’endorme
Un jour, vous le porterez dans vos bras, puis il vous demandera de le reposer par terre
Vous laverez ses bouclettes, son visage et ses petits pieds dodus
Mais après ce jour-là, bébé deviendra grand et voudra se laver tout seul
Il vous tendra la main, apeuré, pour traverser la route
Mais ne vous le demandera plus quand il apprendra à le faire tout seul
Il se glissera dans votre lit au milieu de la nuit quand il aura fait un cauchemar Puis ce sera la dernière nuit où il vous réveillera et dormira chez des copains
Vous lui chanterez des comptines et des berceuses,
Lui raconterez une dernière histoire avant de le mettre au lit, puis il deviendra trop grand pour ça
Il vous fera un bisou avant d’aller à l’école
Il se jettera une dernière fois à votre cou
Puis fera ses études dans une autre contrée, loin de vous
Mais le plus dur, c’est qu’une mère ne voit pas le temps passer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de prochaine fois.
Il faut du temps pour s’y faire, accepter que son enfant vole à présent de ses propres ailes.

Alors pendant que vous avez encore la chance de vivre ces instants, souvenez-vous qu’ils ne sont qu’éphémères et qu’un jour, vous donnerez tout pour les revivre.

Être mère est le « job » le plus difficile au monde mais c’est aussi la plus belle expérience qui soit dont les souvenirs sont indélébiles.

source: santeplusmag




Partagez l'astuce avec vos amis:


Comments

comments