La CAQ va interdire le cannabis dans tous les lieux publics et augmenter l’âge minimum à 21 ans



La CAQ va interdire le cannabis dans tous les lieux publics et augmenter l'âge minimum à 21 ans

Le gouvernement caquiste de François Legault veut indire la consommation de cannabis dans les lieux publics, monter l’âge minimum requis de 18 ans à 21 ans et interdire l’établissement de boutiques de la Société québécoise du cannabis (SQDC) près des écoles.

La CAQ s’inquiète des effets sur le cerveau de la consommation de cannabis pour les adolescents, ce qui motive la décision de changer la limite autorisée pour en consommer.

« Nulle part ailleurs au Canada, à part en Alberta, c’était fixé à 18 ans. Toutes les autres provinces canadiennes, c’était 19 ans. Les États américains, où ils ont légalisé, c’était 21 ans », a expliqué Simon Jolin-Barrette, député de Borduas et porte-parole du gouvernement caquiste, à Radio Canada.

« Alors, nous, on veut seulement y aller de prudence, surtout que c’est démontré que la consommation de cannabis en bas âge, particulièrement dans cette clientèle-là, fait en sorte que, pour le développement du cerveau, ça crée de sérieuses problématiques », a-t-il ajouté.

Les jeunes de 18 à 20 ans qui seront surpris en train de consommer du cannabis pourraient être passibles d’une amende.

Simon Jolin-Barrette affirme que Philippe Couillard a créé un chaos en interdisant la consommation de cannabis que dans certains endroits.

« Le gouvernement de Philippe Couillard a créé un chaos avec le projet de loi 157 parce qu’il y a des municipalités qui vont permettre la consommation dans les parcs, mais pas dans les rues, et la municipalité d’à-côté va [la] permettre dans les rues et pas dans les parcs », a déploré Simon Jolin-Barrette.

« On va prendre les mesures pour faire en sorte qu’il y ait une uniformité de l’application de la loi sur l’ensemble du territoire québécois. Les gens ne peuvent pas se retrouver dans une situation où on peut fumer dans une ville, mais pas fumer dans l’autre ville. C’est une situation ou l’applicabilité de la loi est très difficile pour les corps de police, où les agents chargés de l’application de la loi », a-t-il ajouté.

« Ce qu’on veut, c’est faire en sorte que les gens puissent savoir où ils peuvent consommer du cannabis, et ce sera dans les lieux privés. »

a-200

Source: Radio-Canada
Crédit Photo: Unsplash




Partagez l'astuce avec vos amis:


Comments

comments